Hypn – Enquête terrain et données recueillies

Envoyé par le 23 Nov 2020

This entry is part 5 of 6 in the series Hypn

Groupe 4 – BOUTHET ELODIE, LEBORGNE ROMEO, SAMMARI AKRAM

 

Enquête terrain et données recueillies – V2

 

Suite à la prise de conscience du sujet ainsi que de son public visé trop large pour notre étude terrain, nous avons pris la décision de nous recentrer et de nous concentrer sur la présence du smartphone dans les familles et leurs conséquences (notamment sur les conflits naissant de leur utilisation). Ainsi, nous avons pu interviewer plusieurs parents (plus exactement 5), ainsi que leurs enfants (étant au primaire ou au collège) pour avoir plus d’informations sur leurs problèmes par rapport à ce sujet. Nous avons également voulu solliciter des professionnels de l’enfance et de l’adolescence, sans succès. Nous allons donc nous appuyer sur les écrits de Serge Tisseron disponibles en ligne, pour un avis expert sur la question.

 

 

Interviews qualitatives auprès de parents

Nous sommes entrés en contact avec différents parents (mère ou père, 5 exactement) âgés de 36 à 44 ans.

Beaucoup ont offert un téléphone portable à leur enfant lorsque celui-ci entrait au collège principalement pour se rassurer et avoir un moyen de contact rapide (“C’est rassurant de savoir que ma fille peut m’appeler à tout moment”).

Plusieurs parents disent s’inquiéter des effets du smartphone sur la santé de leurs enfants (dommage aux yeux, sommeil diminué) . En général, ils essayent de retarder au plus l’achat du smartphone à leur enfant. Ils ont peur que leurs enfants deviennent addicts à leur smartphone et notamment aux réseaux sociaux, ce qu’ils peuvent parfois voir chez d’autres enfants, ou même dans la génération de jeunes adultes ayant grandi avec.

Tous les parents (les 5 interviewés) ont essayé de mettre en place des règles pour limiter l’utilisation du smartphone par leurs enfants. Certains réussissent mieux que d’autres à instaurer des règles qui sont respectées par les enfants quant à l’utilisation du téléphone (pas d’utilisation à table, limite de temps) tout en leur laissant plus de liberté pendant certaines périodes (week-end et vacances notamment). C’est compliqué la plupart du temps car beaucoup de parents n’ont pas le temps d’y faire trop attention et de suivre les aventures numériques de leurs enfants. Les règles peuvent parfois amener à des conflits dans la famille et les parents se sentent parfois coupables d’imposer ces règles, cela les fait passer pour des parents “vieux-jeu” et eux-mêmes n’ont pas envie de passer leur temps à “faire la police”.

Des alternatives comme le contrôle parental ont été mentionnées. Un parent ne savait pas que ça existait pour le portable et n’y avait donc pas pensé mais envisageait après son interview de le mettre en place car ces plus petits enfants ont du mal à respecter les règles.

 

Interviews qualitatives auprès d’enfants

Nous avons pu parler avec quelques enfants des parents interviewés précédemment. Ils avaient une moyenne d’âge de 10-12 ans, âge autour duquel ils demandent à leur parent leur premier portable avec plus ou moins d’insistance.

Un argument qui revient beaucoup chez les enfants pour justifier la demande du téléphone portable à leurs parents est “Tous mes copains ont un smartphone maintenant”. Ils disent en avoir besoin pour rester en contact avec leurs amis et les utilisent aussi pour jouer, regarder des vidéos ou encore quelquefois aller sur les réseaux sociaux (TikTok ou Youtube par exemple).

Les enfants ne comprennent pas toujours pourquoi on leur impose des règles par rapport à l’utilisation du smartphone, parce que “tous leurs amis font ça”, et trouvent ce comportement normal.

 

Données recueillies d’après les études de Serge Tisseron

Nous pouvons nous aider des études de Serge Tisseron afin de trouver des conseils pour répondre au problème de la sur-utilisation du smartphone chez les enfants.

Il a créé la règle 3-6-9-12 qui donne les bonnes pratiques d’utilisation des écrans: pas d’écran avant 3 ans, pas de console personnelle avant 6 ans, pas d’internet accompagné avant 9 ans et pas de réseaux sociaux avant 12 ans. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, la prise de risque quant aux écrans est essentielle pour son autonomie et pour qu’il apprenne les principes d’Internet.

Il est important aussi de parler avec l’enfant dès le début d’utilisation ce qu’il voit et ce qu’il fait sur les écrans. Cela permet de développer le langage et la narration. Il apprend donc à faire fonctionner des capacités mentales peu mises à contribution par les écrans seuls. Cela permet également d’instaurer le dialogue et de créer des liens avec les parents.

L’écran doit toujours se situer dans l’espace commun et pas dans la chambre. Il faut fixer des règles claires, et ce, dès le début, sur le temps consacré aux écrans. Montrer l’exemple est également important : si un enfant voit son parent passer son temps sur les écrans alors mécaniquement il reproduira le même scénario. Imposer une règle comme ne pas utiliser son téléphone pendant les repas se doit d’être respectée également pour les parents.

La décision de l’âge à laquelle l’enfant aura son premier téléphone peut se déterminer avec lui. Serge Tisseron conseille d’anticiper, et d’en parler avec l’enfant pour savoir si ses amis possèdent déjà un smartphone, et à quel âge il imagine en avoir un. Encore une fois, le rapport des parents au téléphone se transmet à l’enfant : donc une omniprésence du téléphone chez le parent va donner envie à l’enfant d’en avoir un aussi.

 

Conclusion

Nous n’avons malheureusement pas pu faire un nombre très important d’interviews, notamment dû à cause de la situation sanitaire, et des restrictions de déplacement ce qui aurait pu nous aider à trouver plus de problèmes en commun dans les familles. Nous avons également au final choisi d’étudier les travaux de Serge Tisseron disponibles en ligne afin d’avoir un avis extérieur sur la question faute d’entretien avec des experts de l’enfance.

Néanmoins, nous pouvons noter que certaines questions ressortent. Les parents se demandent à quel âge ils devraient acheter le premier smartphone à leur enfant. Ils estiment tous que le téléphone est nécessaire pour pouvoir contacter facilement leur enfant à tout moment, tout en sachant les effets néfastes qu’il peut avoir sur sa santé. D’où la nécessité d’imposer des règles, mais encore faut-il faire comprendre à l’enfant pourquoi celles-ci sont imposées pour ne pas créer de conflits à la maison.

L’avis d’expert de Serge Tisseron souligne l’importance des règles à mettre en place dès le début d’utilisation des écrans. Il faut aussi faire attention en tant que parent à sa propre utilisation des écrans car l’enfant a tendance à imiter ses parents. Dans tous les cas, il est important de parler avec l’enfant de son utilisation des écrans, de ce qu’il fait dessus et quels sont les principes et les risques d’Internet. Ainsi, le parent aide l’enfant à avoir une utilisation raisonnée et saine des écrans.

Series Navigation<< Hypn – Expression de besoinHypn – Solution technique >>

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *