Transcripen – Enquête terrain et données recueillies

Envoyé par le 9 Nov 2021

This entry is part 2 of 2 in the series Transcripen

Nous présentons le déroulement de notre enquête terrain ainsi que les informations recueillies lors de chaque entretien.

Déroulement de la recherche sur le terrain

Comme indiqué dans la méthodologie de l’enquête terrain, nous avons interviewé à la fois des journalistes et des étudiants afin de comprendre la problématique de récupération du contenu d’un discours lorsque la personne doit être impliquée dans ce-dernier, les premiers rencontrant cette problématique lors d’interviews journalistiques, les seconds lors de leurs cours / conférences.

Déroulement de la recherche sur le terrain – Journaliste

Phase d’observation : entretiens exploratoires

Nous avons accompagné un journaliste du journal économique l’Agefi quotidien tout au long de sa journée ; de la revue de presse matinale, à la conférence de rédaction, aux interviews téléphoniques et physiques de l’après-midi, à la vérification des informations de mi-après-midi, jusqu’à la rédaction de l’article. Nous n’avons pas pu assister au rendez-vous pendant le déjeuner, ni à l’afterwork du soir.

Dans cette journée d’observation, plusieurs points marquants ont été soulignés. Premièrement, lors de la conférence de rédaction, consistant en un récapitulatif des articles à rédiger dans la journée, des interviews de la journée et des observations à obtenir de celles-ci, nous avons pu constater la part importante des interviews dans le quotidien d’un journaliste. Effectivement, nous avons constaté que chaque journaliste de l’Agefi a en moyenne 3 interviews / conférences de presse dans la journée, contre 1 article en moyenne à rédiger dans cette même journée. En d’autres termes, les journalistes de l’Agefi passent la plus grande partie de leur temps en interview. Cette observation a confirmé notre première hypothèse sur la prépondérance des interviews dans la journée d’un journaliste. Aussi, nous avons constaté que les informations à obtenir de ces interviews sont nombreux (3 à 4 informations à obtenir à chaque fois), mais aussi précis et techniques (des données chiffrées précises, des opinions précises, …). Cette observation a également confirmé notre hypothèse sur le fait que les journalistes sont actifs lors de l’interview tant ils doivent diriger l’interview et amener l’interlocuteur à lui donner les informations souhaitées.

Cette phase d’observation nous a permis d’affiner les questions que l’on souhaitait poser aux journalistes pour les entretiens dirigés ainsi que d’affiner nos hypothèses.

Phase de confirmation / réfutation des hypothèses

Nous avons ensuite effectué 6 entretiens semi-directifs, 5 à des journalistes économiques (3 journalistes de l’Agefi, une journaliste de News Assurances Pro, un journaliste de Wansquare) et un à un journaliste politique de Marianne. Les entretiens se sont déroulés en physique pour les journalistes de l’Agefi, et par téléphone pour les autres. L’objectif de ces-dernier était d’en savoir plus sur (i) la prise de note des journalistes lors des interviews, sur l’enregistrement des journalistes de leurs interviews, ainsi que sur (iii) la transcription des enregistrements audios. En d’autres termes, nous voulions ici savoir comment les journalistes récupèrent actuellement le contenu des interviews auxquelles ils participent et les difficultés qu’ils rencontrent. Ces entretiens étaient très intéressants, tant certains journalistes se sont livrés sur leurs problème quotidien à ce sujet, tant ils ont donné des exemples concrets pour illustrer leurs propos et tant l’ensemble des journalistes interrogés rencontre ce problème au quotidien. Il était également intéressant de voir que les journalistes politiques connaissaient la même problématique, et donc que celle-ci n’était pas intrinsèque au métier de journaliste économique. Cette phase d’entretiens semi-directifs a en revanche réfuté une de nos hypothèses : celle sur le fait que les journalistes enregistrent les interviews / n’arrivent pas à prendre des notes lorsqu’ils assistent à la sortie d’exclusivité. Effectivement, un seul journaliste nous a donné comme exemple un cas s’exclusivité. Quant aux autres, ils ont détaillé des situations problématiques de prise de note / enregistrement du contenu de l’interview dans l’objectif de restituer cette-dernière plus tard. Ainsi, nous avons pu finaliser, grâce à ces réponses, nos hypothèses, en ajoutant notamment l’hypothèse selon laquelle les journalistes sont particulièrement touchés par la problématique lors de restitution de longues interviews qu’ils doivent réutiliser plus tard.

Phase finale

L’entretien semi-directif nous a permis d’être encore plus précis sur contenu de l’interview. L’objectif était ici d’obtenir des informations plus précises sur la problématique rencontrée par les journalistes. C’est pourquoi nous avons réalisé un questionnaire que nous avons envoyé à une quinzaine de journalistes, dont 14 journalistes économiques (7 à l’Agefi, 2 des Echos Capital Finance, 2 de Wansquare, 2 de News Assurances Pro), et un journaliste politique de l’Opinion.

Le questionnaire visait dans un premier temps à comprendre l’ampleur du problème rencontré par les journalistes (en termes d’heures perdues par jour), ainsi que les circonstances dans lesquelles ce problème apparaissait. Nous avons ainsi obtenu (i) le temps moyen entre l’interview et le moment de récupération de l’information (30 minutes en moyenne sur les 10 ayant répondu à la question), (ii) le temps moyen passé à la transcription d’enregistrements par jour (1h), et enfin (iii) sur le type d’interview enregistré (conférences de presse, interviews longues (>1h)). Nous avons ainsi confirmé l’hypothèse émise à la suite des entretiens semi-directifs selon laquelle les journalistes sont particulièrement touchés par la problématique lors de restitution de longues interviews qu’ils doivent réutiliser plus tard.

Aussi, le questionnaire visait à comprendre les outils utilisés par les journalistes afin d’éclaircir la forme et l’utilité que devait prendre notre objet communiquant. Ici, l’intégralité des journalistes interviewés nous ont fait part de leur utilisation d’un stylo et d’un cahier pour prendre des notes pendant l’interview, et d’un logiciel de traitement de texte tel que word / open office pour rédiger leurs articles sur leurs ordinateurs portables personnel et / ou professionnel, 4/7 journalistes de l’Agefi, les 2 journalistes de News Assurances Pro, les 2 journalistes des Echos Capital Finance ainsi que le journaliste politique de l’Opinion nous ont fait part également de leur utilisation d’un enregistreur lors des interviews et conférences. Aussi, 2 journalistes nous ont fait part du fait qu’ils utilisent au quotidien une radio portable qu’ils écoutent partout où ils vont.

Déroulement de la recherche sur le terrain – Etudiants

Nous avons interviewé quelques étudiants de l’IMT Atlantique. Ce qui revient tout le temps c’est la difficulté d’écouter et de suivre le cours tout en prenant des notes. Pour une meilleure compréhension du cours, la prise de notes est souvent négligée car, pour certains, il y a eu une différence notable sur leurs notes en se concentrant sur ce qui est dit au lieu d’essayer de tout noter. Aussi, certains vont prendre des notes que pour des cours avec des notions compliqués; ils vont ainsi noter des mot-clés, des éléments importants à retenir.

Mais une problématique qui ressort même avec cette méthode c’est la pertinence des notes prises. En effet, pour tous les étudiants interviewés, ils remontent la difficulté à se relire des fois. Ils oublient la signification de certains éléments et n’arrivent plus à se retrouver dans leurs notes qui perdent leur utilité.

Certains utilisent des outils comprenant l’enregistrement de la parole. Mais, pour eux, la prise de tout le contenu du cours n’est pas intéressant car elle nécessite du temps derrière pour trier et récupérer les informations pertinentes. L’autre aspect préoccupant aussi est l’autorisation du professeur pour l’enregistrement.

Aussi un des interviewé a révélé qu’il serait intéressant d’avoir une fonctionnalité qui ressortirait tout ce qui a été dit la dernière minute ne prenant conscience que tardivement de l’importance de ce qui vient d’être dit.

Conclusion

Pour conclure, nos interviews nous ont permis de confirmer un certain nombre d’hypothèses et d’en réfuter d’autres:

Hypothèses confirmées :

 

  • La transcription d’un enregistrement audio issu d’une interview / conférence est longue
  • La transcription d’un enregistrement audio issu d’une interview / conférence n’apporte rien et fait perdre du temps
  • La transcription est principalement utile pour des conférences / interviews longues (plusieurs heures)
  • Il est plus facile de naviguer dans un texte que dans un audio

 

Hypothèses réfutées et / ou modifiées :

Nous avons modifié l’hypothèse selon laquelle un enregistrement est utile sur le moment (cas d’exclusivité pour les journalistes / de relecture du cours juste après pour les étudiants): la transcription d’un audio / d’une conférence est effectuée plusieurs temps après que l’enregistrement ait été effectué (pour les révisons des partiels pour les étudiants / pour la rédaction d’un article plusieurs jours après pour un journaliste.

 

Personna

Series Navigation<< Transcripen – Etat de l’art – la problématique de l’interview

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *