COOCOPARK – Rapport de méthodologie

Envoyé par le 21 Oct 2019

This entry is part 2 of 6 in the series Etude du stationnement dans le milieu urbain

Auteurs : BOUSSARD Tristan, LANTRIN Julien, PREVOST Matthias, RUNACHER Oscar

Dans le but de mieux comprendre la problématique du stationnement en milieu urbain, nous allons réaliser une étude de terrain. Pour ce faire, nous allons entrer en contact avec différents acteurs qui gravitent autour du problème soulevé. Les premiers concernés sont les utilisateurs qui sont parfois confrontés à de longues minutes de recherche d’une place de parking. En outre, il semble intéressant d’interviewer les concepteurs de l’aménagement urbains : ceux qui ont le pouvoir de mettre en place des solutions au problème évoqué. Par ailleurs, les contrôleurs de stationnement peuvent être des témoins pertinents pour notre étude. Ils sont ceux qui paraissent le mieux immergés au coeur de la problématique puisqu’ils observent les comportement des voitures dans la rue tout au long de leurs journées. Enfin, contacter des services alternatifs à la voiture personnelle est également pertinent puisque qu’ils contribuent à l’amélioration de la fluidité du réseau urbain.

Nous reviendrons en détails plus tard sur chaque cas particulier, néanmoins dans notre cas les interviews, qu’elles soient brèves ou qualitatives, seront privilégiées. L’immersion ne paraît pas pertinente puisqu’elle demande énormément de temps pour très peu d’informations recueillies. Dans notre cas, il est très difficile d’identifier avec certitude qu’une voiture se trouve en recherche de place ou pas. Par conséquence, la méthode d’interviews induit une interaction privilégiée en physique. Néanmoins, dans le cas où l’acteur aurait un temps limité à nous consacrer, nous communiquerons via téléphone.

 

Utilisateur

1 > Observation rapide dans la rue pour identifier rapidement si des voitures sont en recherche en place.

2 > Aborder les riverains dans la rue pour lancer la discussion. Nous poursuivrons avec une courte présentation de nos objectifs.  L’interview a pour but d’être brève – c’est à dire quelques questions. Des exemples de questions peuvent être :

  • Comment s’est déroulé votre “arrivée” ?
  • Combien de temps avez consacré à la recherche d’une place de stationnement ?
  • La situation est-elle récurrente ? Y a t-il des moments privilégiés dans une journée ? une semaine ?
  • Est ce votre unique moyen de transport à Brest ? ou ailleurs ?
  • Pourquoi vous êtes vous garé précisément ici ?

 

Urbaniste

Deux types d’acteurs sont à prendre en compte : l’adjoint de Brest Métropole responsable des aménagements en lien avec le transport et Adeupa, une agence d’urbanisme brestoise. Ils sont pleinement impliqués de part la réalisation des projets lancés par le conseil municipal ou par le conseil d’agglomération.

Le contact se fera à priori par mail pour organiser une rencontre en vis à vis.

Les questions types qui pourront être posées sont :

  • Présentation biographique de l’acteur
  • Comment prenez vous en compte le stationnement dans vos projets ?
  • Avez vous beaucoup de questionnement autour de cette problématique ?
  • Quelles sont vos solutions ?
  • Quel est leur niveau de mise en place ?
  • Constatez vous un écart entre vos projections et la réalité ?
  • Evolution au cours du temps ?

 

Contrôleur

Comme expliqué ci-dessus dans l’introduction, les contrôleurs sont des citoyens privilégiés vis-à-vis l’observation des véhicules en recherche de stationnement. Nous espérons ainsi qu’ils puissent nous partager leur immersion et leurs expériences du quotidien. L’idée n’est pas, comme pour les chargés de l’urbanisme, d’organiser une interview mais de discuter dans la rue. L’objectif étant de récupérer des informations du type :

  • Observez vous de nombreuses places vides ?
  • Simultanément à des personnes en recherche de place ?
  • Soulevez vous des “anomalies” dans les comportements des usagers d’automobiles ?
  • Avez vous une idée du pourcentage de personnes qui ne payent pas ?
  • Connaissez vous les raisons de ces impayés ?

 

Alternative

Optimiser le stationnement en ville c’est également rendre plus accessible d’autres moyens de transport comme le réseau Bibus à Brest. Il sont acteurs à part entière car ils ont la possibilité de proposer des services qui atténuent l’utilisation de la voiture pour les riverains en centre ville. De la même façon que pour les services liées à la municipalité et à l’urbanisme, nous allons contacter un agent de chez Bibus responsable de l’organisation du réseau. Ce dernier va nous permettre de mieux cerner les problématiques suivantes :

  • Quel marché visez-vous ?
  • Quels sont vos objectifs lorsque vous dessiner une nouvelle ligne de bus ?
  • Etes vous une alternative au stationnement urbain ?
  • Proposez vous un service écologiquement et financièrement plus intéressant que la voiture individuelle en ville ?
  • Pourquoi avoir mis en place ce réseau ? la ligne de tram ?
Series Navigation<< COOCOPARK – État de l’art sur l’optimisation du stationnement en milieu urbainCOOCOPARK – Maquette de la problématique >>

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *