Médiation scientifique au collège Kerallan avec Nao le Robot

Envoyé par le 26 Juin 2018

Sous la supervision de Mathilde Ménoret et Sylvie Kérouedan nous avons, dans le cadre de notre projet de Développement de première année, mené à terme un projet de médiation scientifique auprès d’une classe de cinquième d’un collège local (Kerallan).

Objectif :

L’objectif était de rendre accessible la programmation et la robotique à des enfants qui n’ont pas encore un solide bagage scientifique. Il fallait pour cela vulgariser, voire démystifier, la robotique et la programation, qui passent, à tort, pour difficiles, sinon inaccessibles. Pour cela, nous avions prévu de faire une présentation interactive avec ladite classe de collège. La présentation se devait de mobiliser les élèves, et de les amener à réfléchir pour qu’ils programment, de manière simplifiée, le robot humanoïde Nao.

Aperçu du programme par blocs que nous avions écrit

Déroulement

Dans un premier temps, nous nous sommes familiarisés avec le robot. Pour cela nous avons du apprendre à nous servir de Chorégraphe, le logiciel fourni par le créateur du robot (Aldebaran Robotics), qui permet entre autres de faire de la programmation par blocs.

Après cette phase de prise en main, nous avons entamé une phase de réflexion sur ce que la présentation devant la classe de collège devait contenir. Nous avons donc défini des objectifs pédagogiques précis. Cela s’est traduit par des exercices de niveau progressif, que les élèves allaient devoir résoudre grâce à des cartes représentant les blocs présent dans le logiciel Chorégraphe.Pour introduire ces exercices devant les élèves, nous avons programmé Nao pour qu’il soit capable de se présenter lui-même à l’oral, ainsi que d’expliquer quelques principes sur son fonctionnement mécanique et informatique. En parallèle de la prise de parole de Nao, nous avions préparé un support visuel qui permettait aux élèves de mieux appréhender les différentes parties du robot et ses composants.

 

Le jour J

Le jour de la présentation, l’important était à notre avis d’être véritablement acteurs de l’enseignement que nous proposions. Nous avions réparti la classe en plusieurs groupes de 4 élèves. Grâce à cela, nous avons pu faire le tour des groupes lors de la résolution des différents exercices, pour expliciter les points qui restaient obscurs, et expliquer des notions plus avancées aux élèves avec des facilités. La phase d’exercices était précédée de phases d’explications des notions algorithmiques de boucle et de conditions. Nous faisions ces explications au tableau, en essayant de prendre des exemples parlants pour les élèves. Chaque exercice était suivi d’une correction, où les élèves pouvaient voir le résultat de leur réflexion s’animer à travers Nao, que nous programmions de manière à effectuer les programmes proposés par les élèves. Lorsqu’une interaction humaine était nécessaire pour tester le robot, les élèves se pressaient pour se porter volontaires et tester grandeur nature le programme qu’ils venaient d’écrire.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre GitHub : https://github.com/mithridate-lulwat/DEV

Victor Nepveu, Moad Yakoubi, Amine Dassouli, Saïf-Eddine Boukhdir

 

Élèves ingénieurs généralistes 1A

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *