Recherche documentaire sur la simulation en santé

Envoyé par le 15 Nov 2022

This entry is part 1 of 1 in the series Santé!
  • Recherche documentaire sur la simulation en santé

Auteurs : M. Déturche, H. Zaouly, L. Genin

Problème que l’on souhaite adresser : comment rendre les simulations en Santé au CESIM de Brest plus réalistes ?

Le centre de simulation : Le centre de simulation est réparti entre quatre salles de simulation complexe et de debriefing. Un local technique est équipé de toute la régie, l’informatique (système d’enregistrement/reproduction audio-vidéo numérique haute définition). De grands écrans permettent de diffuser à l’équipe médicale des images de radios par exemple pour améliorer encore le réalisme .

Les salles de simulation peuvent être arrangées en fonction des scénarios, et équipées avec du matériel et ameublement hospitalier pour blocs opératoires, blocs d’accouchement, salles d’auscultation, salles d’accueil d’urgences vitales. L’environnement «mère-enfant» est recréé également par des tables chauffantes pour nouveau-nés.

Année de création : 2009, 5540 stagiaires-jours par an, 365 formations par an.

 

Schéma du centre : 

  • Trois salles de simulations
  • Trois régies automatisées
  • Trois salles de cours/debriefing
  • Un accueil/secrétariat
  • Un cabinet de consultation
  • Un appartement de simulation
  • Une salle de gestuelle
  • Un bloc expérimental
  • Une plateforme de simulation maritime
  • Deux salles de stockage

Une visite virtuelle du CESIM existe pour mieux comprendre l’agencement d’une salle: [1]

Personnes concernées : Les formateurs du CESIM en tant qu’opérateurs et les étudiants qui suivent les formations par la simulation (étudiants en santé notamment internes en anesthésie-réanimation et médecine d’urgence).

Problème pointé par l’opérateur du CESIM : Lorsque pendant une simulation, l’opérateur souhaite que l’étudiant ait conscience d’une donnée concernant le faux patient, il doit actuellement lui transmettre l’information manuellement. Il parle alors dans un micro depuis la salle opérateur pour que l’information soit diffusé via une enceinte dans la salle de simulation. La salle de simulation mime l’aspect, les sons et parfois l’odeur de salles d’opérations ou d’intérieurs d’ambulance. La prise de parole par l’opérateur interrompt donc l’immersion de l’étudiant que l’opérateur cherche avant tout à créer.

Le but du groupe d’étudiants ingénieurs en CoOC est donc d’apporter une solution à l’opérateur pour qu’il puisse transmettre une information de température, de taux de glycémie et de taux d’hémoglobine, sans interrompre l’immersion de l’étudiant.

Définitions :

Le taux de glycémie est la concentration de sucre dans le sang. Il se mesure avec un appareil à glycémie que l’on appelle “hémoglucotest” ou “Dextro” (surnom donné à cause d’une marque qui s’appelle Dextro).

Le taux d’hémoglobine capillaire est la concentration d’hémoglobine (protéine fixatrice du fer et donc de l’oxygène) présente dans les petits vaisseaux notamment présents à l’extrémité des doigts. Le taux d’hémoglobine capillaire se mesure avec un hémoglobinomètre, aussi appelée « hémocue » ou « hémoQ » (surnom donné à cause d’une marque qui s’appelle comme ça, mais qui ne doit pas être évoqué sur notre solution puisque c’est un nom déposé, comme Dextro).

Action réalisée : Nous nous sommes rendus sur place pour avoir une idée du cadre. Nous avons également interrogé différents acteurs qui interviennent dans les simulations.

Technique actuellement employée par le CESIM : Micro + enceinte.

Produits qui répondent partiellement au problème : Nous avons recherché des produits qui pourraient se rapprocher ou répondre à ce problème parmi les partenaires industriels du CESIM Santé. Ces partenaires, parmi lesquels figurent de grands groupes comme GE Healthcare ou Sanofi, sont :

  • sensoryco4D, GE Healthcare, cervva, adis, sanofi, hamilton medical, smith medical, simAfor, smithsmedical, ResMed, Medi calem, Laerdal, maqpro, multicam, Gaumard, Novartis, Virtualys, Fisher et Paykel HEALTHCARE, twin, id2 Santé, weinmann.

La simulation en Santé est un domaine dans lequel il y a assez peu d’échanges car il n’existe que 70 centres de simulation en Santé en France répertoriés sur le site de la société française de simulation en santé [2] et que chaque centre n’a pas besoin d’acheter le même produit de nombreuses fois. Cela a pour conséquence que le système des entreprises traditionnel propose des produits à coût élevé de manière générale en simulation en Santé. La lecture des sites montre que la plupart des stations de simulation dépassent le millier d’euros et les mannequins réalistes vont jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Voici ce que l’on a observé pour chaque appareil que l’on veut mimer:

THERMOMÈTRE:Un produit existe mais il est très cher (5000 euros), ne permet d’envoyer qu’un seul type de donnée sur un faux thermomètre (ne répond donc pas aux demandes d’appareil à glycémie et hémoglobine) et le design de l’appareil est fait de manière à ressembler au thermomètre le plus utilisé en Amérique du Nord, et a par conséquent un design qui ne rappelle pas l’apparence des thermomètres utilisés en France [3]. Voici, ci-dessous, une image du genre de thermomètre que l’on retrouve à Brest dans les hôpitaux :

GLYCÉMIE: Il existe un produit fait par Adam Rouilly et vendu sur le site Medicalem dont le lien de la page de présentation est le suivant: [4]. Il s’agit d’un appareil qui ponctionne une fausse main pour mesurer un taux de sucre. Ce système fonctionne grâce à un liquide mis à l’intérieur et qui doit être réapprovisionné ce qui augmente encore le cout du système d’Adam Rouilly. De plus son système ne permet pas de déterminer une valeur aussi librement que si on le fait numériquement. De plus, la valeur ne peut pas être modifiée pendant la simulation. Point intéressant: le design des boutons peut nous inspirer pour notre système. 

Voici, ci-dessous, un exemple de véritable appareil à glycémie, tel qu’on le retrouve au CHU de Brest:

HEMOCUE: Pas de solution pour la simulation trouvée sur le site officiel de “hémocueFrance”. De même sur les autres sites parcourus (voir ci-dessus). Voici un exemple du véritable appareil, que l’on retrouve au CHU de Brest, et que l’on souhaite mimer (voir ci-dessous) [5]:

APPLICATION SUR UN TÉLÉPHONE: en tapant le mot “iSimulate” dans l’apple store, il est possible de trouver une application iOS qui affiche les 3 types d’appareil sur un téléphone. Cependant, cela ne fait qu’afficher un dessin d’appareil à l’écran, mais cela ne permet pas de communication avec un logiciel opérateur et il n’est pas possible de faire varier la valeur sur le dessin. Voici, ci-dessous, une image de l’application iSimulate:[6]

Autrement, nous n’avons pas trouvé d’application plus intéressante.

Information qui montre l’utilité d’une simulation de qualité pour l’étudiant : Certains internes en anesthésie-réanimation ont une journée par semaine consacrée à la formation en simulation. La simulation est donc une part importante de leur formation. De plus, de nombreux organismes semblables au CESIM existent aussi à l’étranger et proposent aux étudiants en médecine de part le monde de se former grâce à des simulations comme le CMS (Ccentere for Medical Simulation) ou Jhon Hopkins Medicine. De plus, certains pays défavorisés en Afrique ou en Asie n’ont pas le budget suffisant pour s’équiper du couteux matériel moderne fourni par les grandes multinationales et notre solution permettrait de former plus de médecins efficacement dans des pays qui en on besoin.

Hypothèses de solution : Proposer un appareil qui mime chaque appareil de mesure voulu par l’opérateur (Thermomètre, dextro, hemocue), pour un total de 3 appareils, qui reçoivent à distance des informations entrées par l’opérateur sur une application développée pour cet usage.

Nous aurions un “intérieur d’appareil” (carte, écran, batterie, électronique…) unique avec la capacité d’afficher une unité variable avec la valeur donnée. La donnée affichée sur l’appareil serait reçue d’une appli Web sur l’ordinateur de l’opérateur développée par nous-mêmes. À cela nous ajouterions diverses coques qui pourraient être mises par-dessus, de manière à mimer chaque appareil voulu. L’important est que la coque soit parlante par rapport au design d’appareil que l’on peut retrouver dans les hôpitaux en France, notamment le CHU de Brest, en termes de couleur, de taille et de forme.

 

 

Bibliographie:

[1] Visite virtuelle du CESIM: https://youtu.be/VIf7oeGYrko

[2] Evaluation des structures de simulation – SoFraSimS : https://sofrasims.org/sofrasims/comites/evaluation/evaluation-des-structures-de-simulation/

[3] Thermometer Plus simulator: https://innov2learn.ca/devices/thermometer-plus/

[4]AR28 Simulateur de glucomètre numérique (medicalem.com): https://www.medicalem.com/produit/ar28-simulateur-de-glucometre-numerique

[5] Lien vers les caractéristiques de l’Hémocue: https://www.michiels.be/fr/hemocue/2669-HEMOCUE.html

[6] Lien vers le site web de l’application iSimulate: https://www.isimulate.com/fr/pockit

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.